Tic-tac, et TOC

12 mars 2020 , Mots quotidiens

Un « TOC », ce petit mot enfantin, qui devient beaucoup moins mignon quand on le déroule : Trouble, Obsessionnel, du Comportement.

Un comportement plus fort que tout

Un TOC est une réaction intuitive du comportement, mise en place par le corps et ses actions, pour corriger quelque chose qui n’ai pas supportable dans notre environnement. Non, ce n’est pas une définition sortie d’un bouquin. C’est celle sortie de ma tête. Parce que oui, j’ai eu droit à cette expérience.

J’ai mis 30 ans à découvrir que j’avais un TOC. Tic tac touc, mon conscient l’a si bien dissimulé dans ma vie que personne, pas même moi, ne l’avait remarqué. C’était normal, logique, une évidence. Certains TOC se dissimulent parfaitement dans nos quotidiens, jusqu’au point où on intègre, sans s’en rendre compte, que ça doit être un comportement tout à fait normal que plein de gens font aussi (c’est juste qu’on en parle pas?). Mais c’est épuisant, éreintant, abîmant.

Découvrir ce qui peut être amélioré

J’ai découvert la présence de ce TOC dans ma vie grâce à des partages. Un compte sur Instagram. Un livre sur un rayon qui m’a fait de l’œil. C’est grâce au fait que des personnes se soient donnée la peine de parler, d’exprimer ce qu’elles vivaient, que j’ai pu le voir chez moi. On ne peut pas traiter un problème, améliorer une situation, si on ne voit pas qu’elle existe. Ça semble évident quand on le dit. Mais c’est pas si évident d’y penser quand on parle de soi.

Alors oui, parler de soi, de ses expériences, de ses vécus, ça compte. Pour soi, pour se libérer de secrets inutiles et pesants, pour la société, pour la rendre aussi multiple que nous. Mais aussi pour les autres. Pour les inspirer, les aider, et démultiplier l’utilité de notre propre expérience.



Oui, parler de soi, de ses expériences, de ses vécus, ça compte. (…) Pour démultiplier l’utilité de notre propre expérience.


Lire entre les lignes

J’ai compris une pépite : ces réactions obsessionnelles que j’imposais à mon corps, n’étaient qu’une façon de m’exprimer. Je ne supporte pas le manque de fluidité dans le monde. C’est viscéral, c’est plus fort que moi. Enfant, je ne pouvais pas apporter la fluidité dont je rêvais aux relations autour de moi, aux contradictions du monde, à la société dans laquelle je grandissais. Ça me dépassait, évidemment. Alors mon « moi » enfant a inconsciemment trouvé un moyen de défouler sa frustration : ce TOC.

À chaque crise (quotidienne n’est-ce pas, sinon ce n’est pas marrant hein^^), je répondais à cette sensation d’urgence de manque de fluidité dans le monde — à plus ou moins grande échelle. Et avec le recul, je me rends compte du nombre de situations qui m’ont fait réagir. C’est gargantuesque. En y pensant calmement, ça me donne tellement confiance en la raison d’être de mon travail et de mes créations.

Oui je crève d’envie de vous apporter de la fluidité. Pour être, pour choisir, pour vous exprimer. Et oui, j’ai passé ma vie à chercher un moyen pour l’apporter au monde.

Merci monsieur le TOC, tu es la preuve tangible de mes ressentis toutes ces années. Si mon égo avait besoin de matière pour se rassurer dans sa légitimité à parler de fluidité et d’expression, là il est servi !

Merci feu-TOC. Tu as fait ton temps, et aujourd’hui je n’ai plus besoin de toi.

Ciao !


Decorative Image

Lire d'autres articles

FERMER LE MENU